• Accueil
  • |
  • Nouvelles
  • |
  • ASFC demande aux Nations-Unies de relancer activement le dossier de Raïf Badawi
Donnez pour la justice Donnez pour la justice

ASFC demande aux Nations-Unies de relancer activement le dossier de Raïf Badawi

  • ASFC demande aux Nations-Unies de relancer activement le dossier de Raïf Badawi
    2 mai 2017

    À l’occasion de la première visite en Arabie Saoudite du Rapporteur spécial sur la promotion et la protection des droits de l’homme et des libertés fondamentales dans la lutte antiterroriste, M. Ben Emmerson, qui se déroule du 30 avril au 4 mai, ASFC demande une fois de plus à ce que le blogueur saoudien Raïf Badawi, emprisonné depuis près de cinq ans, soit libéré. ASFC l'invite à profiter de ses entretiens privilégiés avec des hauts-placés saoudiens pour s'enquérir de l'état de santé de monsieur Badawi et presser l'Arabie saoudite de respecter ses obligations dans ce dossier.

    « Le dossier de monsieur Badawi est emblématique d'une situation des droits humains très préoccupante en Arabie saoudite. Nous incitons le Rapporteur à contribuer activement à la libération de monsieur Badawi », souligne Me Pascal Paradis, directeur-général d’ASFC.

    Dans un mémoire publié en octobre 2015 et présenté aux plus hautes autorités saoudiennes, ASFC a notamment soutenu que sur la base du droit saoudien et du droit international contraignant pour l’Arabie saoudite, la condamnation de M. Badawi constitue une violation des instruments internationaux auxquels le pays est tenu de se conformer.


    Plus précisément, ASFC soutient que :


    • L’Arabie saoudite a dérogé à ses obligations nationales et internationales relatives aux droits de M. Badawi à un procès équitable en raison des irrégularités qui ont entaché les procédures judiciaires ayant mené à sa condamnation;
    • En condamnant M. Badawi pour avoir tenu des propos « contrevenant aux valeurs religieuses » sur son site internet et sur sa page Facebook, l’Arabie saoudite a violé son droit à l’opinion et la libre expression;
    • En condamnant M. Badawi à des séances de flagellation constitutives d’actes de torture et de traitement cruels, inhumains ou dégradants, l’Arabie saoudite n’a pas respecté ses engagements internationaux en la matière.


    Emprisonné depuis 2012, Raïf Badawi purge actuellement une peine 10 ans de prison à laquelle s’ajoute une amende de près de 300 000 $ et 1000 coups de fouet. Son épouse, Mme Ensaf Haidar, ainsi que leurs trois enfants, résident à Sherbrooke depuis 2013.


    La lettre envoyée à M. Emmerson est disponible ici.


    Le mémoire d’ASFC en faveur de la libération de Raïf Badawi est disponible ici.
     


S'inscrire à l'infolettre d'Avocats sans frontières Canada
S'inscrire chargement
825, rue Saint-Joseph Est, bureau 230
Québec (Québec) G1K 3C8
Canada
Téléphone : +1.418.907.2607
Courriel : info@asfcanada.ca
© Copyright - Avocats sans frontières Canada
Design Web par Egzakt