Donnez pour la justice Donnez pour la justice

Mali

Justice, prévention et réconciliation pour les femmes, mineurs et autres personnes affectées par la crise au Mali

Le projet vise à ce que l’accès à la justice des personnes affectées par la crise, dont les femmes et les mineurs, soit renforcé en vue d’un respect optimal de leurs droits dans un contexte de restauration de la paix et de la stabilité au Mali.

Le projet, démarré au début de l’année 2015, est mis en œuvre par ASFC en consortium avec le Centre d’étude et de coopération internationale et l’École nationale d’administration publique.

L'équipe du projet JUPREC (ASFC/CECI/ÉNAP) en rencontre avec l'Association des jeunes magistrats du Mali.

Contexte

L’intervention armée au Mali appuyée par la communauté internationale doit être accompagnée de mesures humanitaires et de développement pour diminuer l’impact négatif des événements sur la population.

L’absence de justice, de bonne gouvernance, de leadership et de participation citoyenne ainsi que l’étendue de la corruption au Mali ont contribué à la crise actuelle. Des actions menées dans une perspective de court terme ne pourront apporter une solution durable à ces problèmes. Le secteur de la justice est au cœur de sa résolution.

Il est donc important de renforcer les capacités de la société civile à se mobiliser afin que justice soit rendue aux femmes, aux mineurs et autres personnes affectées par la crise, de lutter contre l’impunité et de réconcilier les communautés et prévenir la résurgence de violences par un dialogue social inclusif. Le projet proposé a été conçu en réaction à la crise, mais il s’attaque aux causes profondes de cette dernière et non seulement à ses conséquences.

Les femmes, leur famille et l’ensemble de la société malienne ont un profond désir que justice soit faite. La prévention est indispensable pour diminuer les cas de violence basée sur le genre (VBG) et améliorer le sort des femmes. La poursuite des auteurs matériels et intellectuels des crimes qui ont été commis permettra d’éviter que la population se fasse justice elle-même par d’autres moyens. Une telle lutte contre l’impunité atteindra de meilleurs résultats si un travail parallèle est effectué avec les organisations de la société civile (OSC) et les acteur(trice)s de la justice (AAJ) afin qu’ils soient mieux outillés pour identifier les problèmes de corruption et pour contribuer plus efficacement à la lutte contre ces phénomènes. Comme la justice ne pourra panser toutes les blessures, elle doit être accompagnée d’un processus de dialogue entre les communautés ainsi que d’une mobilisation de leaders pour prévenir et résoudre des conflits ainsi que proposer et participer à des mécanismes de transition qu’ils jugent appropriés pour le Mali si l’on souhaite voir réunies les conditions nécessaires à la réconciliation, la paix et un développement durable.

La société civile a un rôle important à jouer pour redresser l’État de droit au Mali, améliorer l’accès à la justice et la protection des droits des femmes, des mineurs et autres victimes de la crise. Les OSC et les AAJ rencontrés ont unanimement fait part de leur désir de voir leurs capacités renforcées pour y participer pleinement.

Objectifs

Le projet vise à ce que l’accès à la justice des personnes affectées par la crise, dont les femmes et les mineurs, soit renforcé en vue d’un respect optimal de leurs droits dans un contexte de restauration de la paix et de la stabilité au Mali. Cet objectif ultime comprend trois composantes qui se renforcent mutuellement :

  • Accroissement de la capacité à prévenir les VBG et de services de justice de première ligne étendus et adaptés aux bénéficiaires ciblés par le projet;
  • Meilleure représentation de victimes dans des cas emblématiques de violations des droits humains ou de corruption dans une perspective stratégique et renforcement des capacités des OSC pour identifier les problèmes de corruption et pour contribuer à lutter contre ceux-ci;
  • Participation accrue de leaders femmes, jeunes et hommes à la réconciliation et à la prévention des conflits.
Réalisations

Un rapport qui fait bouger les choses

Avant le démarrage du projet et à l’invitation du ministère de la Justice du Mali, ASFC a produit le rapport De la crise à une paix durable – La justice et les droits humains dans un contexte de transition au Mali. Le rapport a été reçu très positivement par le gouvernement malien qui a pris en considération les recommandations d’ASFC pour renforcer sur le plan de la justice le mandat de la Commission de vérité et de réconciliation qu’il a mise sur pied.

Partenaires

Avocats sans frontières Canada (ASFC) est le chef de file du consortium également composé du Centre d’étude et de coopération internationale (CECI) et de l’École nationale d’administration publique (ENAP).

            

Au Mali, plusieurs partenaires locaux sont pressentis, dont les suivants :

Association Deme So

Association des juristes maliennes

Association pour le progrès et la défense des droits des femmes

Coordination des associations et ONG féminines du Mali (CAFO)

WILDAF/Mali

Groupe pivot – droits et citoyenneté des femmes (DP-DCF)


Ce projet est rendu possible grâce à l’appui du Ministère des Affaires extérieures, du Commerce et du Développement du Canada.


Carte
S'inscrire à l'infolettre d'Avocats sans frontières Canada
S'inscrire chargement
825, rue Saint-Joseph Est, bureau 230
Québec (Québec) G1K 3C8
Canada
Téléphone : +1.418.907.2607
Courriel : info@asfcanada.ca
© Copyright - Avocats sans frontières Canada
Design Web par Egzakt